Audit et conseil en gestion des outils pour l’entreprise

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


Les législations ont remplacé le temps où l’on tapait dans la main pour entériner un accord et tenir sa parole.

Toute décision, qu’elle soit commerciale, salariale et même associative, passe désormais par la mise en place de contrat pour suivre une législation devenue contraignante au point d’être arrivée à tuer les relations et le commerce. Ce que la crise actuelle traduit, révélant la perte de confiance qui s’est installée au fil des années.

La complexité des lois, des conventions a positionné le travail dans une contrainte pour les employeurs au point de faire des ressources humaines une discipline à part entière.

Le Chef d’entreprise, par la multiplicité des législations à observer, se doit d’avoir une polyvalence au détriment de ce qui est son rôle principal : celui de rentabiliser son entreprise, de la développer en prenant des parts de marché. Quant à son développement, les mécanismes sociaux le font souvent reculer pour ne pas franchir certains seuils salariaux alors que la prise de risque pour se développer le confronte à de multiples inconnues (contraintes législatives, crise économique,…).

L’audit et le conseil en gestion sont des outils pour l’entreprise. La réaction de bon nombre de chefs d’entreprise est de penser qu’ils connaissent leur entreprise et qu’un Conseil en Gestion ou un Audit externe ne leur apprendra rien. Pourtant, l’œil externe apporte fréquemment des solutions après avoir dressé un constat de la situation de l’entreprise.

Environ 68 % des Dirigeants d’entreprise ont une vue de leur développement à moins de 3 mois et moins de 30 % à plus d’un an.

Les entreprises qui font appel à un Audit externe ne représentent que 18 %, à la différence du monde anglo-saxon dont le taux voisine les 72 %.

Il est dommage que le recours à un Conseil en Gestion externe soit pratiqué à près de 80 % lorsque le chef d’entreprise est principalement confronté à :

  • une difficulté économique (perte d’exploitation),
  • un conflit salarial,
  • un problème client
  • un désaccord fournisseur
  • un problème judiciaire.

Ce recours à un Conseil, certes nécessaire par la situation, est préjudiciable car il s’inscrit dans une démarche curative, souvent tardive sur laquelle il est très délicat de contrebalancer les effets, sauf une grande expérience du Conseil en Gestion.

Les missions de l’Audit externe et du Conseil de Gestion sont différentes. L’un dresse un constat ; l’autre agit en concert avec le Dirigeant pour établir des actions à caractère bénéfique au développement ou rétablissement de l’entreprise. Dans le cas où aucun audit n’a été fait, le Conseil en Gestion intègre cette tâche dans sa mission pour avancer les préconisations permettant d’atteindre ou améliorer la rentabilité. Le rôle d’un Conseil en Gestion ne consiste pas qu’à faire parler des chiffres. Il explore les futures étapes du développement, il dialogue avec le chef d’entreprise en soumettant des interrogations et ouvre des pistes de réflexion afin que le Dirigeant soit en mesure de s’y préparer et d’évoluer.

L’idée préconçue par les Chefs d’entreprise est qu’ils sont trop « petits » et qu’un Conseil en Gestion coûte cher. Cette pensée est relativement fausse. Certes l’intervention d’un Conseil en Gestion n’est pas gratuite, elle se rentabilise par les améliorations de marge, de développement et/ou de limitation de risques futurs.

http://www.forward-gs.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »